mardi 31 mai 2011

Le jeu de l'ombre de Sire Cédric

Publié par Krikri à 06:56 2 commentaires

Mais que pouvait bien chercher Malko Swann cette nuit-là ? Une overdose d'adrénaline, la sensation ultime, le sentiment de liberté ?
Pourquoi roulait-il aussi vite en pleine nuit sur une route de campagne étroite et sinueuse jusqu'à faire une chute de trente mètres en bas du pont du Diable ?
Atteint d'un traumatisme inexplicable, le musicien est désormais incapable d'entendre la musique. Mais il ne s'agit que du début de sa déchéance. Dans l'ombre, quelqu'un l'observe... quelqu'un qui veut jouer avec lui. Un jeu au goût de sang... Il s'engage alors dans un combat désespéré.

Voici une expérience auditive qui en valait le détour, sans pour autant surpasser la version papier d'un bon roman. L'ambiance lecture n'y est pas mais bon, il faut bien avouer que pour les lecteurs en manque de temps, c'est quand même un bon moyen de se  faire une petit plaisir littéraire.
Il faut également savoir que je ne me suis pas contentée d'écouter ce roman, je l'ai écouté dans ma voiture. Un gros inconvénient est que, comme on est pris dans la circulation (ben oui quand même un peu), il arrive que l'on zappe carrément certains passages, plus ou moins grands.
Pour ce qui est de l'intrigue de cet opus, je trouve que Sire Cédric a tendance à s'assagir, sa littérature devient de moins en moins fantastique pour se donner plus dans le thriller, et çà ma plait énormément. 
J'ai pris plaisir à retrouver Alexandre Vauvert et quelques-uns de ses acolytes, bien qu'ils n'aient pas un rôle majeur dans cette histoire.
Encore une fois Sire Cédric  a su titiller ma curiosité,, car je m'en vais de ce pas faire des recherches sur l'amusie. Comment font ces gens qui ne peuvent pas entendre la musique?
Le jeu de l’ombre est à mon sens un très bon thriller, avec un Sire Cédric qui se bonifie avec le temps...

jeudi 26 mai 2011

Un mot, des titres....

Publié par Krikri à 19:10 0 commentaires
Voici un challenge fort ludique lancé par Calypso auquel je n'ai pas pu résister. Voici l'idée :


« Un mot, des titres », qu’est-ce que c’est ?
 
C’est un challenge qui doit rester un plaisir et qui laisse aux participants une assez grande liberté, du moins sur le choix du genre.
Je vous explique : il y a des challenges sur des auteurs, sur des genres, sur des coups de cœur, sur des couleurs… et j’ai eu envie de lancer un challenge sur les titres.
Je vous propose que nous lisions, pour un jour fixé à l’avance, un roman, une pièce de théâtre, une BD, un album, peu importe, dont le titre contiendra un mot imposé. Evidemment, le mot choisi ne pourra pas être trop compliqué afin qu’il y ait un choix de titres assez intéressant.
Exemple : nous choisissons le mot « soleil » (c’est de saison), tous les participants lisent une œuvre dont le titre contient le mot « soleil ». On fixera certaines règles au fur et à mesure… Par exemple, si le mot est un verbe, il pourra bien sûr être conjugué, etc. 

Comment ça se passe ?

Je vais prendre vos inscriptions au cours des jours qui arrivent et proposer un premier mot imposé le mercredi 1er juin. Nous aurons alors 1 mois et demi (cela me semble être un délai raisonnable) pour choisir un titre et le lire. La publication des billets aura donc lieu le 15 juillet. Je me chargerai de regrouper l’ensemble des billets sur mon blog.
Attention, ce n’est aucunement un challenge personnel et je tiens à ce que chacun puisse y jouer un rôle. C’est pourquoi, je choisirai le 1er mot et uniquement celui-là. Le 2nd, annoncé vraisemblablement le 15 juillet, sera l’œuvre de l’un des participants. Vous me ferez vos propositions par mail jusqu’au 15 et je pense procéder par tirage au sort.
Tout est dit… Vous êtes partants ?

L'école des saveurs d'Erica Bauermeister

Publié par Krikri à 10:34 2 commentaires

Un jour, la petite Lilian se lance un défi fou : si elle parvient à sortir sa mère, qui vit coupée du monde, de son chagrin en cuisinant, elle consacrera son existence à la gastronomie. La magie d'un bon cacao aux épices opère et, une vingtaine d'années plus tard, Lilian anime tous les premiers lundis du mois un atelier de cuisine dans son restaurant. L'Ecole des saveurs réunit des élèves de tous horizons. De l'automne au printemps, ils vont partager tentatives culinaires et aspirations cachées, découvrir la force insoupçonnée des parfums et des épices, capables par leur douceur ou leur piquant d'éveiller des ardeurs inconnues et de guérir des peines anciennes... Sensuel et savoureux, ce roman culinaire fait la part belle aux cinq sens, et dépeint avec justesse la passion et la patience de ceux qui comprennent le langage secret de la cuisine.

Comme je l'ai déjà sous entendu sur Livraddict, ce livre est à déconseiller aux personnes en plein régime! Que de saveurs se dégagent de cet ouvrage. On assiste aux cours de cuisine donnés par Lilian, on est happé par l'histoire personnelle de chacun que tous les mets représentés fait ressurgir du passé, on goûte, on respire, bref on a l'eau à la bouche une fois le livre refermé.
Et bien même à cela il y a une solution, car Le livre de poche a publié sur sont site toutes les recettes des participants au cours! C'est pourquoi je me dépêche de terminer cette chronique afin de m'essayer à la sauce bolognaise de Tom dans les plus brefs délais!
Ce petit roman réunit vraiment les passionnées de littérature et de cuisine, une véritable mise en bouche pour tous les fins gourmets!

mercredi 25 mai 2011

Quand souffle le vent du Nord de Daniel Glattauer

Publié par Krikri à 07:09 1 commentaires

En voulant résilier un abonnement, Emma Rothner se trompe d'adresse et envoie un mail à un inconnu, un certain Leo Leike. Ce dernier, poliment, lui signale son erreur ; Emma s'excuse, et, peu à peu, un dialogue s'engage entre eux, par mail uniquement. Au fil du temps, leur relation se tisse, s'étoffe, et ces deux inconnus vont se mettre à éprouver l'un pour l'autre une certaine fascination. Alors même qu'ils décident de ne rien révéler de leurs vies respectives, ils cherchent à deviner les secrets de l'autre... De plus en plus attirés et dépendants, Emmi et Leo repoussent néanmoins le moment fatidique de la rencontre. Emmi est mariée, et Leo se remet à grand peine d'un chagrin d amour. Un jour, pourtant – enfin ! –, ils décident de se donner rendez-vous dans un café bondé de la ville. Mais ils s'imposent une règle : reconnaître l'autre qu'ils n'ont pourtant jamais vu, avec interdiction formelle de lui parler...

Voilà qu'à cette heure matinale je referme ce petit bouquin et je ne peux que remercier Le livre de Poche et Livraddict de me l'avoir fait découvrir!
Ce roman est une véritable mise en bouche, succulente, il y en à pour tous les goûts : des moments sucrés plein d'humour, des moments salés plein de larmes, mais surtout, une interminable attente. Quand va-t-il lui répondre? est-elle vexée par son dernier commentaire? Va-t-elle digérer ce coup là? Est-il parti en voyage? Pourquoi ne lui répond-il pas plus vite? Tant de questions qui finissent toujours par trouver réponse, mais je dois bien avouer que, tout comme Emmi, j'étais pendue à l'écran de cet ordinateur, toujours dans l’expectative de savoir ce qui allait bien pouvoir se passer.
Je suis complètement rentré dans la vie de ces personnages, bien qu'Emmi m'ait parfois tapé sur le système par ses réflexions parfois immatures, juste pour la provocation de son cher Léo.
Léo, lui, m'a aussi parfois mis les nerfs à rude épreuve par ses grands discours moralisateurs, qui souvent ne sont pas le reflet de ce qu'il resent vraiment.
Quant à Bernhard, bien que je me sois prise de compassion pour lui au début de l'histoire, m'a profondément déçue en atteignant le comble du pathétisme à la fin de celle-ci.
Pour ce qui y du thème développé, j'ai trouvé que ce type de récit, sur le genre de la correspondance apporte une fraicheur (venue avec le vent du Nord?) au récit, qui devient du coup très aéré et facile à lire. J'ai apprécié être une petite souris dans l'intimité des deux protagonistes, espéré jusqu'au bout assister à l'apothéose finale, et je suis finalement restée sans voix face à cette fin qui, je l'espère, annonce un deuxième volet encore plus croustillant...



lundi 23 mai 2011

Les vacances du chat hypocrite d'Hélène Lasserre

Publié par Krikri à 17:45 0 commentaires

Ce livre raconte avec humour et tendresse les comportements drôles, cocasses (et combien vrais !) des chats lorsqu'ils sont en groupe.
Le héros de Mon Chat est un hypocrite est de retour pour partir en vacances. C'est une nouvelle histoire riche en aventures et en rebondissements qui commence ! 

Voici une deuxième volume qui se lit comme le premier! Une petite gourmandise pour tous les amoureux des chats, avec tellement d'anecdotes et de mises en situation, réelles et drôles.
J'apprécie réellement ce type d'ouvrage car les dessins sont jolis, les textes travaillés, les situations étudiées et tellement vraies, que le sourire ne me quitte pas, du début à la fin. 
Vivement que sorte un troisième tome, que je puise le lire au coin du feu, avec mon petit chat sur les genoux...

vendredi 20 mai 2011

Crescendo de Becca Fitzpatrick

Publié par Krikri à 19:54 0 commentaires

Nora aurait du deviner que sa vie était loin d'être parfaite. Même en entamant une relation avec Patch, son ange gardien (qui, malgré son nom, n'a rien d'angélique) et en survivant à un tentative de meurtre, les choses ne sont toujours pas au beau fixe. Patch prend du recul et Nora n'arrive pas à savoir si c'est pour son bien ou si ses intérêts se sont juste reportés sur son ennemi mortel : Marcie Millar. Sans oublier que Nora est hantée par des images de son père et elle devient obsédée par l'idée de découvrir ce qu'il s'est vraiment passé la nuit où il a quitté Portland pour ne jamais y revenir.
Plus Nora s'enfonce dans le mystère de la mort de son père, plus elle se demande si sa lignée Néphilim n'aurait pas quelque chose à voir avec tout ça. Expliquant aussi pourquoi elle semble plus en danger que n'importe quelle fille. Patch ne répondant pas à ses questions et se mettant dans son chemin, elle doit essayer de trouver les réponses par elle-même mais se reposant sur l'idée qu'elle a un ange gardien, elle prend de plus en plus de risques. Peut-elle vraiment compter sur Patch ou cache-t-il des secrets encore plus noirs que ce qu'elle peut l'imaginer ?

Tout d'abord je tiens à remercier Livraddict et les Editions du masque pour le merveilleux partenariat qu'ils m'ont offert ici.
Alors que de rebondissment dans ce deuxième tome et surtout quelle fin! Mes aïeux! A quand la suite? Viiiiiiiiiiiiiite!!!!
Pour patienter d'ici là, je dois dire qu'après des débuts quelques peu laborieux, surtout dus au fait que j'ai trouvé Nora assez gamine dans son comportement et ce, à peu près tout au long du roman. Ceci dit cet état de fait a rapidement été balayé par les nouveaux personnages, Scott et Rixon, qui m'ont epoustouflés par leur complexité.A qui peut-on encore de fier? c'est d'ailleurs une question que Nora se posera plus d'une fois dans cette histoire. 
J'ai par contre été quelque peu déçue par les trop rares apparitions de Patch, j'aurais volontiers supporté qu'il soit plus présent. Déçue aussi par le comportement de Nora qui, tout du long, a passé plus de temps à faire sa petite fille gâtée qu'à être l'adolescente équilibrée qui m'avait plu dans le premier tome. Vee, quant à elle m' semblé gagner en maturité, ce qui n'a pas été pour déplaire.
Quant à la trame de ce second opus, elle est assez bien construite, s'intensifie au fur et à mesure que les pages se tournent pour se terminer en apothéose! Me sera-t-il seulement supportable de vivre en attendant la suite?


samedi 14 mai 2011

Le cueilleur de fraises de Monika Feth

Publié par Krikri à 18:02 1 commentaires
 

Lorsque sa meilleure amie, Caro, est retrouvée assassinée, Jette jure publiquement de la venger, attirant ainsi sur elle l'attention du meurtrier. Chaque jour, Jette essaie de se reconstruire et d'oublier. Elle fait bientôt la connaissance d'un garçon qui semble pouvoir lui redonner le goût de vivre et tombe éperdument amoureuse. Mais Jette est loin de soupçonner à qui elle a réellement affaire...

J'ai littéralement dévoré ce roman fruité, qui est digne de tout bon thriller pour adultes. J'ai d'ailleurs été quelque peu interpellée par sa place en littérature jeunesse, car il m'a semblé que le contenu s'adressait plus volontiers à de jeunes adultes.  Je sais que la collection en question est destinées aux jeunes adultes, mais bon, il s'agit de littérature jeunesse quand même.
J'ai été tranportée dans la traque que mène Jette, j'ai été inquiète comme Imke, j'ai nourri les chatons de Merle, j'ai été hapée par l'atmosphère du roman, et j'ai carrément été m'acheter une barquette de fraises tant elles me faisaient envie. Ont-elles eulement été aussi bonnes que celles de cet ouvrage, telle est la question.
Juste ce qu'il faut de suspens et de drame, tout en légèreté, ce bouquin est passé tout seul. Le peintre des visages aura-t-il le même effet?

dimanche 8 mai 2011

Les amants papillons d'Alison Wong

Publié par Krikri à 11:26 0 commentaires

" Ching Chong le Chinois. Né dans un bocal, baptisé dans une théière... " Tel est le méchant refrain que chantent les gamins de Wellington lorsqu'ils croisent Yung, le marchand de primeurs. Comme beaucoup de ses concitoyens, Yung a quitté pays et famille pour la Nouvelle Montagne d'Or - le nom plein de promesses que les immigrants donnent à la Nouvelle-Zélande en ce début de XXe siècle. C'est l'amour de Katherine, une jeune veuve, mère de deux enfants, qui l'aidera à surmonter ce racisme quotidien et à comprendre les moeurs des "diables blancs" britanniques. Mais dans cette société corsetée, une femme qui s'éprend d'un Chinois - "pire qu'un Juif, à peine mieux qu'un chien" - s'expose à tout perdre. Drame magistralement orchestré jusqu'au crescendo final, réflexion sur le racisme et l'émancipation des femmes, Les amants papillons porte son auteur au premier plan de la scène littéraire néo-zélandaise.

Merveilleuse histoire d'amour où se mêle tradition, non-dits, interdits, entre deux être qui n'étaient même pas sensés se parler. Comment une femme voit sa vie bouleversée par son légumier...
J'ai aimé ce roman qui m'a fait voyager tant dans le temps que dans l'espace. A travers les conventions d'autrefois, à travers les traditions chinoises, j'ai découvert la vie des personnages avec la plus grande curiosité. Comment une femmes des années 1900 préférait se taire plutôt que de créer le scandale, comment elle est amennée à se cacher pour vivre son histoire d'amour, comment la guerre et le devoir de patriotisme faisait se lever des foules, et enfin comment le non respect des "classes sociales" et des conventions peut menr à l'irréparable.
Très jolie histoire, empreinte de tristesse, pleine de bons moments, tout simplement...


mardi 3 mai 2011

Mordons tous ensemble

Publié par Krikri à 18:26 0 commentaires

Elle est belle, attirante, disponible. Il n'a pas hésité à la suivre pour prendre un dernier verre. A présent il est seul, dans une cave, enfermé dans une cage. Isolé. Sa seule compagnie ? Sa séductrice et son bourreau. Et elle a décidé de faire durer son plaisir très longtemps. De le frire souffrir lentement. Pourquoi lui ? Dans ce bras de fer rien n'est dû au hasard. Et la frontière entre tortionnaire et victime est bien mince...

Sur une idée de Fleurdusoleil, c'est à plusieurs que nous nous lancerons dans la lecture des Morsures de l'ombre, et tout çà, pour le

10 juillet 2011
Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...
 

Lovelybooks Template by Ipietoon Blogger Template | Gadget Review